• Quelle est la fonction de la Zakât ?

    Quelle est la fonction de la Zakât ?

    La Zakât, en tant que charité, purifie les possessions du musulman en lui rappelant que la richesse ne lui appartient pas et qu'elle lui est accordée par Dieu.

    Elle tend aussi à purifier l'âme humaine en l'éloignant autant que possible de l'avarice et de la cupidité. Cette aumône a pour fonction d'aider le pauvre et le nécessiteux dans les difficultés qu'ils rencontrent. Elle représente ainsi une sorte d'impôt de solidarité dont s'acquitte volontairement le croyant.

  • A qui bénéficie la Zakât ?

    A qui bénéficie la Zakât ?

    La Zakât est destinée à huit catégories de personnes :

    1 ) le pauvre,
    2 ) l'indigent,
    3 ) celui chargé de collecter et distribuer les aumônes (en tant que salaire),
    4 ) celui dont le coeur s'incline vers l'Islam,
    5 ) l'esclave (ou le prisonnier) musulman à affranchir,
    6 ) la personne endêtée pour une cause juste,
    7 ) celui qui lutte pour la défense de l'Islam,
    8 ) le voyageur à court de provision.
    Il est à noter que la Zakât est destinée aux musulmans habitants dans la région du donateur, sauf cas exceptionnel (famine par exemple).
    Cette aumône légale peut-être faite soit directement par le croyant ou par l'intermédiaire d'une personne chargée de collecter les dons et de les répartir équitablement entre les catégories citées plus haut.

  • Un pilier de l'Islam

    Un pilier de l'Islam

    La zakat al-mal, l’un des cinq piliers de l’islam

    La zakat al-mal, l’un des cinq piliers de l’islam, est donc un du sur l’épargne. C’est là un droit inaliénable du pauvre sur le riche. Le musulman en est redevable et doit obligatoirement s’en acquitter, dès lors que le montant de son épargne dépasse un certain seuil que l’on appelle le « nissab ».

  • Le Nissab

    Le Nissab

    Ce nissab est indexé sur le cours de l’or ou de l’argent. Concrètement, il correspond à la valeur monétaire de 85 grammes d’or (595 grammes d’argent pour l’école hanafite)

    Beaucoup prennent comme point de référence le mois de ramadan, l’aïd al-kebir ou encore Achoura pour s’acquitter de la zakat al-mal.
    D’un de ces événements à l’autre, c’est précisément une année lunaire qui s’écoule. De ce fait, l'une de ces dates constitue un moment fort et surtout un repère temporel efficace et facile à retenir. Nous serons dans quelques jours à la fin de l’année 1436 selon le calendrier musulman.
    C’est l’occasion donc de publier le montant du nissab, seuil qui permet de déterminer si l’on est redevable de la zakat al-mal, l’impôt purificateur et obligatoire pour tout musulman dont l’épargne atteint et/ou dépasse le dit nissab.

    Attention : la zakat est un droit du pauvre sur les plus aisés. Ne faisons pas l’erreur de donner cette zakat à des instituts ou des mosquées pour leur fonctionnement.


    Une fois le nissab déterminé, il s’agit de savoir si on est redevable ou non. Si le montant de l’épargne cumulée tout au long d’une année lunaire (du 1er ramadan au 1er ramadan de l’année suivante par exemple) est supérieur ou égal au nissab, alors la zakat al-mal doit être payée. Si ce montant est inférieur au nissab, alors il n’y a pas de zakat al-mal à payer.
    Pour s’acquitter de la zakat al-mal, il faut procéder à un calcul simple. Il suffit de multiplier le montant de l’épargne par 0,025 (soit 2,5 % du total). Prenons un exemple : j’ai épargné 3000 euros sur une année lunaire. Le montant de la zakat al-mal à payer est donc de : 3 000 x 0,025 = 75 euros. Plus simple encore : il suffit de diviser la somme épargnée par 40.
    En bref, s’acquitter de la zakat al-mal, c’est verser un quarantième de l’épargne d’une année lunaire.

Je m'acquitte de ma Zakat  Je souhaite contactez Sadaqat Muslim